Modifier le rapport à l'écrit

Les actions de lutte contre l'illettrisme souffrent d'un manque d'efficacité sur le moyen et le long terme. Trop souvent, force est de constater les difficultés que rencontrent les jeunes pour transférer, dans leurs pratiques quotidiennes, ce qu'ils apprennent. Cet échec peut avoir plusieurs causes : soit la formation n'a pas pris en compte la nécessité de ce transfert, soit les habitudes installées sont plus fortes, et seule une action en contexte, au plus près du quotidien de l'apprenant, peut faire bouger l'habitus. Il s'agit donc d'envisager avec la personne concernée, sur le long terme, l'évolution de son savoir lire / écrire. Le tutorat s'applique à influencer les pratiques culturelles qui dépassent et enrichissent le cadre professionnel ou le cadre éducatif.

Le rôle du tuteur est de faire comprendre l'utilité de l'écrit, de la lecture et des mathématiques, et cela dans leurs multiples dimensions. Un nouveau type de relation à l'écrit doit s'installer grâce au tutorat. Il s'agit de banaliser la lecture et l'écriture, de faire passer des idées, des connaissances et de déclencher des prises de conscience sans pour autant être dans une relation enseignant / élève. L'attitude du tuteur dans le processus d'apprentissage et dans l'accompagnement se veut différente : le tuteur n'est pas là pour transmettre des savoirs, mais pour mettre les jeunes en relation avec les savoirs, dont ils se saisissent.

Crédits  Contacts  www.echill.org Recherche Animation  Plan du site Flash-player • Mentions légales